Sélectionner une page

Travailler ou ne pas travailler après bébé ?

That’s the question !

Avoir un bébé, quelle aventure merveilleuse ! Quelle maman ayant vécu l’expérience ne s’est pas posé la question de savoir s’il est préférable de continuer à travailler ou non. Certaines font le choix de diminuer leur temps de travail, d’autres arrêtent carrément. Tout est question de choix mais aussi d’envie, de souhait.

Que celles qui n’ont pas encore vécu cette expérience nous jettent la première pierre : on a rien sans rien (proverbe qui signifie : « Pour obtenir quelque chose, il faut s’en donner les moyens »). Vous allez comprendre.

Pour maintenir un équilibre, on a aussi besoin de penser à soi. Rester enfermée entre quatre murs, entre les pleurs, les couches à changer, les biberons à préparer. On ressent forcément le besoin de prendre l’air, de se centrer sur soi et pas uniquement sur son bébé.

Suis-je un biberon ambulant ?

Pour ne plus s’identifier aux biberons que l’on donne x fois par jour ou aux tétines géantes qu’on trimbale avec soi (j’ai nommé les seins). Cette poitrine qui avant cela faisait la joie de notre chéri et qui maintenant fait la joie de notre enfant… dans un autre genre, bien entendu ! Seulement voilà, la taille des bonnets n’étant plus la même, on a besoin de se racheter des soutiens-gorge. Si possible avant de reprendre le travail pour celles qui ont décidé de reprendre.

Oui mais comment faire quand aucune place en crèche n’est disponible et que belle-maman a décidé de partir vivre en Espagne ? Entrer dans la minuscule cabine de la boutique de lingerie du coin avec bébé dans son maxi cosy ? Et s’il se met à hurler parce qu’il a faim, on fait comment ? Et à propos, comment je fais moi pour allaiter alors que je dois travailler ? Je prive mon bébé de tous les nutriments dont il a besoin et qui sont présents dans mon corps ? Ou je demande à mon patron l’autorisation de prendre bébé avec moi au boulot ? Oui mais s’il accepte, j’allaite où ? Dans les toilettes ?

Quelle est ma taille de vêtement maintenant ?

Bref, si on a eu la chance et les moyens de pouvoir refaire sa garde-robe, pas uniquement la lingerie mais aussi les pantalons, les blouses et même la veste… cette jolie veste en cuir qui vous allait si bien avant votre grossesse ne fermant plus sans vous comprimer la poitrine qui déborde encore un peu… de lait : on est déjà vernie !

Car la collègue de 25 ans qui entre encore dans son 36 après avoir eu son 2e enfant, c’est un mythe. Si vous en connaissez une vous me contactez. C’est l’occasion de demander conseil aux copines qui sont déjà mamans et pourquoi pas, de programmer une petite virée shopping ?

Avoir le choix ?

Donc si on a fait le choix de reprendre le travail 2 mois et demi après la naissance de notre premier (ou 2e ou 3e), ou si ce n’était pas un choix parce qu’il faut bien payer le loyer, on doit encore affronter le monde extérieur. Comme il n’est pas question que vous alliez vous présenter devant vos collègues et votre patron avec le jogging ultra-extensible que vous aviez adopté déjà durant votre grossesse, il va vous falloir vous habiller mais aussi vous pomponner un tant soit peu.

Cachez ces cernes que je ne saurais voir, cette poitrine opulente que vous ne reconnaissez même plus (c’est à moi ça ?), ces chevilles qui enflent non plus parce que vous allez briller durant votre présentation aux clients de vos nouvelles idées mais parce que votre grossesse vous est restée dans les jambes, cette coiffure informe qui laisse apparaître vos racines blanches parce que le coiffeur est fermé le dimanche, seul jour où chéri prend la relève. Etc. etc.

Mon expérience à moi

Quand j’ai repris le travail alors que mon bébé n’avait que 2 mois et demi et que j’ai dû rester en maladie toute ma grossesse pour cause de « décollement de la membrane du placenta », diabète gestationnel, fausses contractions, bébé en siège et césarienne, une de mes collègues m’a regardé bizarrement en me disant : « ben t’es là, toi ?« . Ben oui ai-je pensé. Je ne suis pas morte. J’ai juste fabriqué (difficilement mais quand-même) un bébé. Et merci pour les félicitations ! J’te jure !

Ah ils m’ont manqué mes 4 murs au début. Mais je me suis accrochée. Et dans la foulée j’ai écrit un livre. Un beau pied de nez pour ma collègue qui me croyait revenue d’entre les zombies 😉

Etes-vous en équilibre ?

Inscrivez-vous pour recevoir le test

Vous êtes bien inscrite ! Votre test vous parviendra par Email.

Share This